Impression OFFSET : que se cache-t-il derrière vos magazines ?

2 février 2022 0 Par FI_imprimerie

Offset, c’est quoi ?
Le mot offset signifie « reporter » en anglais qui consiste à reporter directement depuis une gravure un visuel sur le support de communication.
L’impression Offset allie la qualité à un coût faible par sa rapidité d’impression. Ce processus est privilégié pour des travaux en grandes quantités. Il existe des offset en quadrichromie (4 couleurs) ou en bichromie (2 couleurs, plus souvent utilisées pour les couleurs pantones).
Parmi les supports imprimés, on trouve des publications en tout genre : presse quotidienne, livre, brochure, etc. Mais également des emballages comme des étiquettes et des packaging. L’impression est possible sur différents supports : papier, carton, métal.

Etape 1 : Mise au format du PDF
Une fois votre PDF réceptionné en couleurs CMJN (noir magenta jaune noir), nous réalisons une imposition qui consiste à faire un montage de plusieurs pages sur une seule pour éviter le gaspillage de papier et de plaque aluminium au format 540x450mm. Nous divisons ensuite les 4 couleurs en 4 fichiers : une couleur par plaque. Nous les envoyons sur notre machine (CTP) pour les graver.

Etape 2 : Préparation des plaques aluminium au CTP
La plaque destinée à la couleur cyan est emmenée dans un cylindre pour être gravée puis dans des bains révélateurs pour fixer la couleur, nettoyer les contours et sécher la plaque. 
La plaque est prête pour la machine offset. Bertrand, conducteur de la machine offset, récupère les 4 plaques de couleur (cyan, magenta, jaune et noir). 

Etape 3 : Préréglage des encrages sur les plaques
Bertrand rééquilibre depuis son plan de travail le taux d’encre selon la densité de la gravure sur les plaques en ajoutant par exemple plus de cyan. 

Etape 4 : Mise en place des plaques
Il reproduit ensuite la même étape sur chaque encrage de l’offset : le calage. Le calage permet de régler les encres en changeant leur densité lors de l’impression. Il réalise des tests sur des feuilles usagées comme Fi imprimerie est dans une démarche verte.
La plaque aluminium installée sur un cylindre est humidifiée par des rouleaux de mouillage. Elle reçoit l’encre qui se disperse sur les endroits secs et se tamponne sur le blanchet (rouleau cylindrique en caoutchouc) qui à son tour imprègne l’encre dans le papier sous un système de compression. Cette plaque permet l’impression que du recto de la feuille. Durant l’impression, le papier va passer dans les quatre blanchets où chacun comporte une couleur. 

Etape 5 : Chargement du papier (la marge)
Cette étape est nécessaire pour évaluer les marges. C’est dans le margeur que les feuilles partent pour alimenter la presse à imprimer. Elles sont empilées et aérées pour faciliter leur séparation.

Etape 6 : De la production à la réception et au pupitre
Le pupitre est un outil en imprimerie qui supporte le poids des feuilles. Bertrand coordonne les trois niveaux pour le bon fonctionnement de l’offset. Il compte environ 11 000 feuilles/heure d’imprimées.

Etape 7 : Vérification des pages et de l’imposition
Cette étape est nécessaire pour vérifier le bon ordre des pages et éviter les mauvaises surprises. Il vérifie qu’il n’y ait pas de pages inversées lors de la production au moment de passer à l’impression du verso et examine si le recto et verso sont bien sur les mêmes repères. De cette manière, il assure la découpe au massicot et à l’assemblage, ce que l’on nomme « façonnage ».

Etape 8 : Séchage
Il laisse la pile de feuilles temporairement (24H) à l’écart avant d’être manipulée pour que les encres sèchent.

Etape 9 : Façonnage
Suite à la vérification, il transmet les impressions à la partie façonnage pour les finitions : assemblage, pliage, découpage. Les impressions sont enfin prêtes à être livrées !